Parlons actualités - Page 2 - Forum Le "Blabla" bar

Répondre à cette discussion
Première page Page précédente Page suivante Dernière page
Auteurs: Messages:
climax007
climax007
13 Septembre 2017 à 19:32

C'est vraiment l'effort bicentenaire des travailleurs pour des droits collectifs qui est visé.

Exemple : à Lyon, les tisseurs ("les canuts") qui travaillaient pour les soyeux, les gros patrons de la soie, à raison de seize heures par jour chez eux, ont tenté dès 1830 de faire reconnaître un TARIF commun minimal au patronat, en tant que travailleurs "indépendants", ubérisés avant qu’Uber existe : les modèles de Guignol, le tisseur, étaient en fait salariés à la pièce !

Voilà l'histoire que Macron veut détricoter !.
Voilà en-deça de quoi il veut nous reconduire !

[ édité le 13 Septembre 2017 à 20:37 par climax007 ]
mel78
mel78
13 Septembre 2017 à 23:11

Jolifee on reprendra ton topic lors de la réforme des formations professionnelles et de l'assurance chômage.

fred600
fred600
14 Septembre 2017 à 15:24

Citation pifou a écrit:

Citation climax007 a écrit:

Tout l'effort des travailleurs salariés a été de faire reconnaître des droits collectifs et de sortir du contrat entre deux individus (patron-travailleur). C'est pour cela que des accords de branche, des conventions collectives ont été conclus entre des syndicats de travailleurs et des organisations patronales. Et l'accord d'entreprise valait s'il améliorait l'accord de branche, la convention collective.

Avec les ordonnances Macron, tout est renversé. Et l'accord d'entreprise vaudra avant toute convention de branche, s'il y en a encore. Bref : ce sera la lutte de chacun contre chacun dans un émiettement social sauvage !


tout est dit

en clair dans les grosses boites avec des syndicats, les salaries seront protégés.

pour les petites boites déjà qu'il faut se battre pour son job et le paiement complet de son travail, il faudra en plus se battre sans accords ( loi )


Pour les heures sup, y a déjà pas mal de boîtes qui ne les paient pas et la récup n'est pas envisageable.

A l'heure où tout est fait pour permettre des licenciements à volonté, j'en connais qui préfèrent se taire pour ne pas être lourdés pour licenciement économique. Et je les comprends.

Grâce à nos lois récentes, pour les entreprise de moins de 11 salariés il suffit d'1 seul trimestre de baisse du chiffre d'affaire pour pouvoir légalement procéder à un licenciement économique. Qui prendrait le risque, dans la conjecture actuelle, de la ramener au risque d'être lourdé à la première occasion ?

Tout montre qu'on écrase le travailleur et qu'on l'amène de plus en plus à lâcher ses acquis pour mieux le contraindre, voire le museler. Quand on sait qu'en plus la libre-concurrence permet à des membres de l'UE de venir bosser en France pour un salaire moindre (celui du pays d'origine de ces travailleurs aux avantages bien différents) on a vraiment du mouron à se faire pour notre avenir.

Nos anciens ne se sont pas élevés contre ce qui leur semblait injuste, juste pour le plaisir de contester. Ils se sont battu pour que nous vivions dans une société meilleure et aujourd'hui tout est remis en question, juste parce qu'une poignée de nantis a décidé d'exploiter la masse salariale.

On vient nous parler de réformes pour relancer l'emploi en France, mais il serait intéressant de voire l'effet de l'équivalent de la loi El Khomri en Italie (ils ont eu le "plaisir" d'en profiter avant nous). Elle n'a pas eu l'effet annoncé. Au contraire, le gouvernement a fini par baisser les charges pour tenter d'encourager les embauches... Ca en dit très long sur ce qui nous attend.

Bien évidemment, ça on ne nous en parle pas avant les élections, parce que forcément, c'est pas très vendeur.

A force de prendre les gens pour des c***, va pas falloir s'étonner à ce que la grogne sociale s'amplifie en France, mais aussi en Europe. Et encore moins de voir les extrêmes gagner en force.

didmic83
didmic83
14 Septembre 2017 à 17:06

Merci fred600 , pour ton allusion aux anciens . Étudiant/travailleur en 68 , ça m'a déterminé sur mon éducation politique !
Étant formateur en sécurité sur les risques industriels , je constate que la majorité des jeunes sont de plus en plus individualistes ( boulot pépère , la copine , le ou les enfants , l'appartement ou la maison , le smartphone et la voiture allemande de préférence ) se tapent bien des droits hérités des luttes précédentes et de l'idée de se syndiquer : pas question de faire quelques manifs que ce soit et encore moins grève !
Je ne leur jette pas la pierre pour autant et je reconnais qu'ils subissent pas mal de pressions de leur hiérarchie ( c'est comme ça et si tu veux pas , dégage ) .

Macron , sous ses airs de compassion , va continuer à " désépaissir " le code du travail dans le sens libéral : baisse des charges sociales patronales pour l'investissement ... et l'embauche ( pas sûr ) mais pas touche aux financiers !
Pompidou avait créé l'actionnariat ouvrier avec le secret espoir de " calmer " la classe ouvriére , entre autres . Certes , ça a marché mais quel fil insidieux à la patte !
Macron compte même taxer de plus en plus l'épargne populaire ( PEL ... ) aux dernières nouvelles !

On dit que le 4ème pouvoir est la Presse . Le pouvoir " de la rue " n'est pas loin de le dépasser ... par la gauche !

pifou
pifou
14 Septembre 2017 à 18:50

Citation fred600 a écrit:

Citation pifou a écrit:

Citation climax007 a écrit:

Tout l'effort des travailleurs salariés a été de faire reconnaître des droits collectifs et de sortir du contrat entre deux individus (patron-travailleur). C'est pour cela que des accords de branche, des conventions collectives ont été conclus entre des syndicats de travailleurs et des organisations patronales. Et l'accord d'entreprise valait s'il améliorait l'accord de branche, la convention collective.

Avec les ordonnances Macron, tout est renversé. Et l'accord d'entreprise vaudra avant toute convention de branche, s'il y en a encore. Bref : ce sera la lutte de chacun contre chacun dans un émiettement social sauvage !


tout est dit

en clair dans les grosses boites avec des syndicats, les salaries seront protégés.

pour les petites boites déjà qu'il faut se battre pour son job et le paiement complet de son travail, il faudra en plus se battre sans accords ( loi )


Pour les heures sup, y a déjà pas mal de boîtes qui ne les paient pas et la récup n'est pas envisageable.

A l'heure où tout est fait pour permettre des licenciements à volonté, j'en connais qui préfèrent se taire pour ne pas être lourdés pour licenciement économique. Et je les comprends.

Grâce à nos lois récentes, pour les entreprise de moins de 11 salariés il suffit d'1 seul trimestre de baisse du chiffre d'affaire pour pouvoir légalement procéder à un licenciement économique. Qui prendrait le risque, dans la conjecture actuelle, de la ramener au risque d'être lourdé à la première occasion ?

Tout montre qu'on écrase le travailleur et qu'on l'amène de plus en plus à lâcher ses acquis pour mieux le contraindre, voire le museler. Quand on sait qu'en plus la libre-concurrence permet à des membres de l'UE de venir bosser en France pour un salaire moindre (celui du pays d'origine de ces travailleurs aux avantages bien différents) on a vraiment du mouron à se faire pour notre avenir.

Nos anciens ne se sont pas élevés contre ce qui leur semblait injuste, juste pour le plaisir de contester. Ils se sont battu pour que nous vivions dans une société meilleure et aujourd'hui tout est remis en question, juste parce qu'une poignée de nantis a décidé d'exploiter la masse salariale.

On vient nous parler de réformes pour relancer l'emploi en France, mais il serait intéressant de voire l'effet de l'équivalent de la loi El Khomri en Italie (ils ont eu le "plaisir" d'en profiter avant nous). Elle n'a pas eu l'effet annoncé. Au contraire, le gouvernement a fini par baisser les charges pour tenter d'encourager les embauches... Ca en dit très long sur ce qui nous attend.

Bien évidemment, ça on ne nous en parle pas avant les élections, parce que forcément, c'est pas très vendeur.

A force de prendre les gens pour des c***, va pas falloir s'étonner à ce que la grogne sociale s'amplifie en France, mais aussi en Europe. Et encore moins de voir les extrêmes gagner en force.


personne ne descend dans la rue par peur de perdre le peu qu'il leur reste.

moi je me defends seul pour mon boulot et les jeunes me demandent des conseils pour négocier avec mon patron parce que je ne fais pas de differences entre un intérimaire ou un employé .

a partir du moment ou je ne pourrais plus m'appuyer sur une legislation equitable. toute négociation collective sera vaine.

ce soir un jeune m'a appeler parce qu'il doit négocier un cdi dans ma boite, je lui ai explique comment procéder pour ne pas être lese et être paye au juste prix de son travail.

sans loi c'est l'esclavage

fred600
fred600
14 Septembre 2017 à 19:13

[QUOTE=didmic83

On dit que le 4ème pouvoir est la Presse . Le pouvoir " de la rue " n'est pas loin de le dépasser ... par la gauche !

La Presse, le 4ème pouvoir ? Perso Didmic moi j'en doute. Je crois plutôt que la Presse (enfin ceux qui tiennent les rênes des médias) sont pour le pouvoir en place. Y a qu'à voir le nombre de 1ère de couv que Macron a fait pendant la campagne... sans qu'on nous parle vraiment d'un vrai programme.

J'aurais tendance à croire que les journalistes (et cette pseudo liberté de la presse) sont plutôt muselés... Je ne doute pas que dans le lot il y en a qui ont le courage de leurs convictions et l'amour de leur métier mais quand on repense à cette campagne, y a quand même eu des angles d'attaques qui ont bien joué en faveur du président actuel... curieusement.

Quant au pouvoir de la rue, s'il s'amplifie, je ne serais vraiment pas étonné que les médias s'attardent plus à nous montrer des images de casseurs plutôt que d'informer réellement sur les lois de Macron et leurs effets délétères.

Tout ça me fait penser à de la manipulation de masse...

joliefee50
joliefee50
14 Septembre 2017 à 19:16

Tout à fait

didmic83
didmic83
15 Septembre 2017 à 10:49

" Quant au pouvoir de la rue, s'il s'amplifie, je ne serais vraiment pas étonné que les médias s'attardent plus à nous montrer des images de casseurs plutôt que d'informer réellement sur les lois de Macron et leurs effets délétères."

Pas plus tard que mardi soir , au journal régional de France 3 Provence-Alpes , le reportage de la manif à Marseille , insistait plus sur les dégâts des casseurs que sur les motivations des participants .
Eh oui , la " grande " presse ( Le Monde , L'Obs , Libé ... ) a ses mécènes richement ... dotés ... bien qu'ils disent ne pas intervenir !
Et quand je disais que le peuple allait doubler la presse , c'était... par la gauche , celle qui n'a pas participé au " raz de marée " des législatives ! Voir le % réel des suffrages exprimés .

pourunbeaumec
pourunbeaumec
15 Septembre 2017 à 19:16

Encore un beau bordel en perspective!

joliefee50
joliefee50
15 Septembre 2017 à 20:07

Ho que oui
un joyeux bordel

Utilisateurs 38 membres ont consulté le sujet
Première page Page précédente Page suivante Dernière page
Répondre à cette discussion


2006-2017 Tous droits réservés © TonGay.com
Hit-parade
Valid XHTML 1.0 StrictCSS Valide !