19 ans avec l'euro: Le bilan - Forum Politique & droits

Répondre à cette discussion
Forum gay & lesbienne Politique & droits 19 ans avec l'euro: Le bilan
Auteurs: Messages:
parfum-de-femme
parfum-de-femme
11 Mars 2019 à 11:14

En plein bastion Européiste, une étude très parlante qui chiffre l'impact économique du passage à l'euro selon les pays.

Selon le Centre de politique européenne, la France et l'Italie sont les pays qui, faute de réformes suffisantes, ont le plus pâti de l'adoption de l'euro. Chaque Français aurait perdu 56.000 euros sur la période 1999-2017. Et les grands gagnants seraient l'Allemagne et les Pays-Bas.

[Vous devez être identifié pour pouvoir voir les liens]

Entre 1999 et 20017, chaque Français aurait perdu la modique somme de 55996€…
Différence du taux de croissance entre les pays européen en zone euro par rapport à ceux qui sont hors zone euro: 15,7 point de croissance en défaveur des pays de l'euro…
4,4 points de chômage en plus pour les pays en zone euro…

Pour la France, ces 20 années d'euro représentent 157% du PIB de perdu, soit 3591 MILLIARD D'EURO…

Mais il faut souligner que cette étude est plutôt pro-euro, ce qui rend un bilan déjà terrible mais en trompe l'œil car il faut ajouter les 9 milliard par an (solde budgétaire européen) + 5 milliard (amendes, cofinancements)+ le coût des normes que produit l'union européenne pour 38 milliard d'euro par an…
TOTAL: 241 MILLIARD D'EURO PAR AN, SOIT 660 MILLION D'EURO PAR JOUR !

Vous trouvez que l'addition est trop salée
Détrompez vous, le présent rapport monte encore plus haute la note en donnant pour la France le chiffre de… 374 milliard d'euro pour le coût total de l'UE et de l'Europe pour 2017, soit 464€ par mois et par Français!

Ensuite, on s'étonne qu'il n'y ait pas plus de fric pour les services publics, les retraites, …

Les recommandations de cette étude: Aller vers plus de réformes structurelles; autrement dit: Vas y Emmanuel, tire encore sur la gueule des Français…

Et oui, faut pas oublier que cette étude vient du camp européiste, ce qui la rend encore plus intéressante car, pour concéder de tels chiffres, cela veut vraiment dire que la maison se fissure et qu'il faut accélérer la marche forcée dans un autisme politique et économique stupéfiant…

Voilà, à mon sens, des éléments à prendre en compte à quelques mois des européennes…


La source de l'étude: [Vous devez être identifié pour pouvoir voir les liens]

freaks
freaks
11 Mars 2019 à 13:39

Au bout d à peine 20 ans au passage à l euro, l union "qui n en est pas une" européenne a déjà bien du mal à séduire les citoyens tant l oppression qu elle exerce sur la souveraineté d'un pays est importante
On a l impression que l on est plus * d un destin français mais d un destin bruxelloise qui ne prend pas en compte les aspérités, l histoire et les défis économiques d un pays sous couvert d une égalité quasi impossible entre membres de l Europe
L extrême droite européen est au beau fixe
Ceci explique cela
Manu a expliqué qu il fallait repenser l espace schengen
Ahahahahahahahah ça fait des années qu on entends ça.
Beaucoup sont prêt pour le frexit
Je dit chiche

parfum-de-femme
parfum-de-femme
11 Mars 2019 à 18:43

L'union européenne est une lubie dans le sens où le raisonnement de base serait que les Français, les Italiens, les Espagnols, les Grecs,… fonctionnent avec un niveau de compétitivité propre à l'Allemagne.

Mais l'Allemagne a une histoire et des caractéristiques non transposables.
Une monnaie commune aux états impose cette égalisation de compétitivité; sinon, il arrive immanquablement qu'il y ait des gagnants et des perdants dans l'histoire.

La chose serait gérable au prix d'une solidarité économique entre les états membres.
Ce qui reviendrait à dire à nos amis teutons de lâcher 200 milliard par an pour compenser…
Évidement, le faire dégraderait tellement le bilan économique de l'Allemagne que le truc est tout à fait inenvisageable.

De plus, les résultats commerciaux de l'Allemagne sont la conséquence, entre autres, des autres pays de l'Europe qui, par manque de compétitivité, achètent des produits allemands avec une faible capacité à leur vendre de quoi équilibrer la balance commerciale.

Bref, un marché de dupes dont la viabilité est compromise parce qu'un pays de consommateurs finit toujours dans l'insolvabilité.
Les Allemands le savent et je ne serait pas étonné qu'ils sortent du jeu après les Britanniques…

Ce qui pourrait expliquer ce genre du fuite: Une étude qui sort maintenant alors que cela fait deux décennies que la tendance est la même.
Je doute que ce soit un hasard…

parfum-de-femme
parfum-de-femme
12 Mars 2019 à 12:34

Je vous laisse apprécier le clip vidéo promotionnel vantant la campagne politique de la République en marche (LREM) en vue des élections européennes de mai:



Quand on a les mains vides en terme d'arguments qui feraient appel à la logique, on brandit les peurs, on clame que l'on a pas le choix, on demande d'être un peu fou…

Les François se laisseront-ils * encore une fois

freaks
freaks
12 Mars 2019 à 12:47

La vidéo d une coloscopie de donald Trump me donnerait moins la nausée que cette propagande ou les clichés les plus primaires se confondent avec une parole niaiseuse et totalement vide de discernement.
M MACRON et consorts, si vous n aviez pas tourné le dos à la France, vous n auriez pas ce fichu torticolis européen.
Ne vous demandez pas ce que l Europe peut faire pour nous mais ce que la France peut lui apporter

spikeman
spikeman
13 Mars 2019 à 08:54

Quand j'ai vu ce clip pour promouvoir l'europe, j'ai failli y croire. Avec le ton employé, la musique de fond qui va bien, on se sent pris d'un élan de générosité, d'altruisme et d'amour. On se croirait dans un bmockbuster américain avec sa sempiternelle minute moralisatrice ou le bien va triompher du mal si tout le monde se serre les coudes.

Et puis en voyant les dernières images, celle ou le mot renaissance est décliné dans toutes les langues, je me suis dit que l'europe, c'est une utopie.
On ne parle pas la même langue, on a pas la même culture, on ne peut pas imposer à tout le monde un modèle commun qui ne satisfera personne.
Et puis le mot renaissance est mal choisi. Je n'ai pas envie de renaître. Je me trouve bien né.

parfum-de-femme
parfum-de-femme
13 Mars 2019 à 09:29

On est pour l'union européenne ou on déteste l'Europe: Telle est l'alternative qui nous est proposée…

C'est vraiment prendre des gens pour des cons, non

On peut tout à fait être dans des relations amicales avec ses voisins européens tout en veillant aux intérêt de son propre pays.

Qu'est-ce qui a fait que les Britanniques en sortent

C'est essentiellement une question de souveraineté et non de haine des autres pays.
Il veulent maîtriser leur destin et n'ont pas envie de voir des décisions défavorables pour eux, prises à Bruxelles par des gens qu'ils n'ont pas élu, s'imposer à eux.

Hier, la chambre des députés a envoyé une nouvelle fois bouler l'accord de Brexit de Theresa May et on se dirige vers un *-brexit qui fait surtout peur… non pas aux Anglais mais aux 27 membres restant qui sont tétanisés à l'idée d'un brexit réussit et de la preuve dans la vraie vie que l'Angleterre sans le carcan européen s'en porte bien mieux.

Ce qui se joue en ce moment, c'est la fin d'une histoire, présentée d'abord comme un conte de fée puis comme un impératif et qui s'avère désastreux pour les pays embarqués dans cette affaire…

spikeman
spikeman
13 Mars 2019 à 12:06

Citation parfum-de-femme a écrit:



On peut tout à fait être dans des relations amicales avec ses voisins européens tout en veillant aux intérêt de son propre pays.
:


Exactement. J'adore mes voisins mais j'ai pas envie de vivre comme eux.

50_nuances_de_bi
50_nuances_de_bi
13 Mars 2019 à 22:56

Un graphique qui résume tout

parfum-de-femme
parfum-de-femme
15 Mars 2019 à 23:04

Changer l'Europe: Voilà une chose qui réglerait cette Europe mal foutue.

Une volonté renouvelée à chaque élection des députés européens.
Mais la réalité est têtue; l'Europe est irréformable de par l'unanimité requise par tous les états pour changer quoi que ce soit.

Dernier épisode en date: Bruno Lemaire avec son projet de taxation des GAFA.

Résultat: L'Irlande, la Suède, le Danemark et la Finlande disent non et Bruno Lemaire n'a plus qu'à remettre son idée dans sa poche et l'évasion fiscale de Google, Amazon, Facebook, Apple et consort continue…

Utilisateurs 44 membres ont consulté le sujet
Répondre à cette discussion


2006-2019 Tous droits réservés © TonGay.com