Connexion :

Pseudo / mot de passe oublié ?

Juste pour info

Sujet de discussion : Juste pour info
  • benoitdeprincy Membre élite
    benoitdeprincy
    • 4 juillet 2019 à 11:41
    Poésie homosexuelle > Messages juillet 2019 > RÉPONSE DE PÉDÉ A PHILOSOPHE,
    à Michel Onfray au sujet de sa vidéo intitulée "La Gay Pride" du 20 juin 2019
    lundi 1 juillet 2019
    RÉPONSE DE PÉDÉ A PHILOSOPHE, à Michel Onfray au sujet de sa vidéo intitulée "La Gay Pride" du 20 juin 2019


    Je m'appelle Alain Cabello-Mosnier et j'aimerai bien tenter de répondre
    à Michel Onfray au sujet de sa vidéo intitulée
    La Gay Pride postée le 20 juin 2019. Si vous me le permettez,
    tant j'avais bien kiffé vos Universités d'été et,
    pour poser ma sphère d'influence je voudrais le faire d'abord en tant que pédé,
    écologiste, néo-masculiniste (pas masculiniste gros réac Nord américain qui pue des pieds),
    végétarien, ancien administrateur du Centre Gay et Lesbien (l'actuel Centre LGBT)
    et arpenteur de ce que l'on appelle plus d'ailleurs "gay pride" mais désormais, la "Marche des fiertés".
    Gay pride supposait la seule "fierté gay toute entière réduite à la gay attitude" lorsque "Marche des fiertés"
    impliquait celle de l’ensemble des revendications en présences LGBTQ-A+ (Lesbienne, Gay, Bi, Trans, Queer, Asexuels,
    et + pour les autres) vues comme légitimes. Le "Centre Gay et Lesbien" mettait ainsi dans son appellation le masculin de "gay"
    originellement devant devant le féminin de lesbienne ; rectifié par la suite.
    1. L’HOMOSEXUALITÉ N'EST PAS UNE MARGE : Dominique Fernandez n'est qu'un académicien, sa voix n'est qu'une parmi d'autres


    et pas nécessairement celle d'un militantisme combatif et engagé et concernant Guy Hocquenghem, beaucoup plus pertinent,
    c'est une pensée des années 80, un jalon mais pas un théorisateur de fond, le mouvement homosexuel ne dispose pas de l’équivalence milliaire d'une Simone de Beauvoir sur les travaux de laquelle on peut encore travailler tant il y eu de sujets levés.
    NON, définitivement NON, l'homosexualité n'est pas une "marge", (là-vôtre peut-être) mais une systématique sexuelle présente en chacun d'entre-nous en tant que potentiel sexuelo-libératoire, une possibilité d'assouvissements permanents, occasionnels ou fantasmatiques, parfois jamais vécus mais toujours présents.
    C'est d'ailleurs la limite de ce genre d'appellations fermées, homosexuel versus hétérosexuel semblent installer l'Homme dans un manichéisme certes confortable mais qui montre assez vite ses faiblesses. Vous savez ce que dit Beauvoir du manichéisme dans le tome 2 de Le deuxième sexe Ed. Gallimard 1949 TDM, page 490, "il rassure l'esprit en supprimant l'angoisse du choix". Et de fait, c'est tellement confortable d'être l'un OU l'autre et d'afficher une sexualité péristaltique supposément majoritaire qui exclue fanfaronnement l'autre. C'est pratique d'un point de vue mental, un OUI affirmatif et commun et toujours moins énergivore qu'un NON opositionnel qui demande des explications. C'est être du côté de l'opinion générale soit parce que c'est le cas, soit c'est parce qu'on le pense même si ça peut être contesté mais ça reste une constatation confortable et valorisante, pourtant, l'afficher ostensiblement pour en récupérer les lauriers communs n'est plus qu'un suivisme de situation mais qui vous place parmi les leaders de la chose affirmée sans même avoir à développer davantage, alors que lorsque vous vous opposez, vous vous mettez en situation de devoir vous justifier, argumenter, et cela consomme bien plus d'énergie que le contraire.
    Moi je parle d'avantage d'hétéro-fréquencés et homo-fréquencés pour tenter d'établir la porosité originelle de la sexualité, un El Niño assouvitionnel. Pour faire vite, si l'on veut bien considérer un instant la sexualité comme une sorte d'onde radio, ligne ou plateau qui disposent à ses extrémités une hétéro-fréquence et une homo-fréquence avec au centre, le tuner de la bisexualité que chacun d'entre-nous va manipuler au gré de ses rencontres, de sa vie, de ses opportunités en permettant justement cette circulation dans la sexualité sans que cela empêche d'en revendiquer une. Sur cette ligne nous avons une possibilité de déplacements vectoriels qui permettent d'aller exprimer d'autres modèles componentiels juxtaposés ou parallèles. Dire que l'on est "100%" hétéro ou homo n'a pas de sens puisque "le cul ce n'est pas des math", il n'y a pas un point zéro d'équilibre où, d'un côté on serait hétéro-étanche, rien qu'hétéro et définitivement hétéro et de l'autre, un homo colorié, une anomalie. En +, dans la sexualité il n'y a pas que la pratique effective, il y a les fantasmes, les troubles que l'on peut ressentir pour les différentes expressions de la sexualité "LGBTQ-A+". Moi je pense que, biologiquement, ce modèle d'homo-fréquence peut-être justement là dans le cycle du vivant pour relâcher la pression sexuelle au sein d'un groupe d'individus donné en permettant à ses personnes de se satisfaire par ses allers et retours possibles entre une dominante hétéro-fréquencée, par l'auto-satisfaction (fantasme, onanisme etc) et par des jeux endo-sex qui ne sont pas irrémédiables. Partant de ce principe, l'homosexualité ne peut pas être une "marge" parce qu'elle ne se réduit pas à la pratique de ceux qui la revendiquent mais s'allonge sur une homo-fréquence déjà installée dans notre logiciel sexuel natif et ce, qu'on en soit conscient ou pas, qu'on l'exploite au pas.
    Personnellement, je dispose de mon propre institut de massage à Paris, et un des très rares avec masseur de relaxation (je ne suis donc pas un intellectuel comme vous) et je ne compte plus les clients qui viennent en se disant hétéro dès leur arrivée, alors que c'est juste un espace cool et standing et qui, en fin de séance, me font comprendre, parfois avec une grande détresse, leur envie d'aller plus loin. 95% de ma clientèle est mariée avec des enfants et je ne remets pas en cause leur "hétéro-fréquence" mais de fait, cette capillarité sexuelle qui existe reste entravée par l'interdit, et je trouve que les espaces de communication endo-sexe disposent d'une perméabilité structurelle beaucoup facile que ne le permet l'expression d'une sexualité simplifiée exo-sexe.

    2. L’HOMOSEXUALITÉ, MOTIF A FIERTÉ OU PAS ?
    La fierté ne se constitue pas sur ce qui n'est pas contesté, nous n'avons pas à être fière d'être vivant, mais elle se ressent lorsque l'on persiste à être, malgré les oppositions, les quolibets, homosexuel. Donc il n'y a pas de fierté à d'être ce que l'on est lorsque personne ne nous le conteste mais le devient dès lors qu'il faut se battre "physiquement, psychologiquement, lorsque l'on doit se cacher, nier ce que l'on est, subir des rejets, des licenciements abusifs, des humiliations."
    En 1960 l'homosexualité est qualifiée de "fléau social" et rejoint en cela la toxicomanie, l'alcoolisme et et et... la tuberculose. Vous entendez bien ? L'homosexualité rangée à côté de la tuberculose, et après, grandissez avec ça. D'ailleurs, ne sommes-nous pas mentalement dérangé à nous habiller en rose, à nous jucher sur des chars ? C'est vrai, tous les homos sont roses, au XIXe siècle, dans le prolongement des théories de Darwin, des sophistes ont même été jusqu'à dire qu'en effet, comme les chiens ou les singes, les homosexuels ont le sexe pointu, d'ailleurs, c'est bien connu, "même les animaux ne font pas ça...". Je suis un fléau social à ranger avec la tuberculose, une maladie mentale d'ailleurs inscrite à la Classification Internationale des Maladies (CIM) jusqu’en 1992 (1982 pour la France), une déviance, une caricature du dessin de Dieu, une insulte, une erreur ! Donc, lorsque vous parvenez à sublimer ces réserves, ces haines, ces rejets en une Marche festive, qui avant d'en être une fut une révolte sanglante, une insurrection violente à Stonewall en 1969 et que cela a aboutit à l'adoption de droits qui nous mettent dans l'Humanité, alors oui, nous avons largement motif à fierté. Car de fait, si vous voulez expliquer à des jeunes qu'ils ne doivent pas avoir "honte" de ce que qu'ils sont, le contre-sentiment d'expression correspondant est nécessairement celui de la fierté lorsqu'il vient s'opposer aux idées reçues.
    Je pense qu'il faut bien distinguer la perception que vous vous pouvez avoir en tant que philosophe endo-sexe, hétéro-installé, s'interrogeant sur la nature d'un sentiment et ce que les gens qui en crèvent (+ de suicides chez les jeunes homos que chez les hétéros) peuvent avoir envie d'exprimer. Vous-même êtes un philosophe à la marge du milieu parisianiste objet de bien des rejets, mais là, nous ne sommes pas seulement sur des questions de sociétés, nous sommes sur un processus de rééquilibrage de la sexualité collective telle que perçue, de re-légitimation et de conquêtes sociales.
    Des parents foutent leur gamin dehors lorsqu'ils apprennent son homosexualité, voir pour cela l'Association Refuge, d'autres dans le monde les assassinent. Et après, vous vous étonnez que l'on puisse en faire un sujet de fierté ? Nous crevons juste d'être et j'espère vous aider à être juste avec nous, pas de nous balayer en neuf minutes ; nous subissons l'hostilité du groupe justement parce qu'il pense que nous ne somme pas "la norme", que la norme, c'est eux, c'est vous, que nous sommes "en marge", parce que l'on nous trouve parfois habillés en femmes, parce que celui-ci veut changer de sexe ou choisir le genre qu'il souhaite voir sur sa CNI, parce que d'autres font la pute et parce que tout cela constitue un continuum avalantiel (avalanche), séquentiel, de mépris, d'insultes, d'ironies, de conseils à longer les murs (ah les murs, les homos en sont les plus extraordinaires contreforts, je me demande si les murs disposent de leur propre ombre ou si elle n'est plus que celles des homos qui se cachent), à "peut-être rester plus discrets" pour ne pas heurter la sensibilité du prince hétéro, et oui, il faut longer les murs et se taire, le faire en silence et sans plumes, ça dérange les hétéro-fréquencés et ça éblouit les yeux des homos cachés à la campagne.
  • jiminy Membre émérite
    jiminy
    • 4 juillet 2019 à 11:58
    Tu peux faire un résumé STP ?
  • benoitdeprincy Membre élite
    benoitdeprincy
    • 4 juillet 2019 à 12:22
    En réponse au message de jiminy :

    Tu peux faire un résumé STP ?

    https://vimeo.com/345898091
    bonjour ,
    oui il y a une version , orale ,
    j'ai simplement mis son texte complet , afin ,que tout ce q il dit soit lu , et non pas tronqué ….
    j'ai fait mon marché , j'ai pris ce qu i m'ntéressait , je tinvite a faire de mêmes://www.youtube.com/watch?v=faV3g71iLlI
    ...
    bonne lecture ou bonne écoute , pouce.png
  • freaks Membre élite
    freaks
    • 4 juillet 2019 à 12:26
    Chacun est libre d exprimer sa "fierté" comme il entend.
    Pour moi être fier c est le courage dans la solitude, sans le consentement des uns et des autres, être en harmonie avec soi même. Cela requiert une véritable force, la meilleur des fiertés

    La fierté dont parle onfray, est une fierté de pacotille, d illustration qui amène inévitablement vers l intolérance.
    Celles des autres.
    Nous fabriquons une cission entre 2 mondes
    Les photos de chezvelodia illustrent cela
    Il a mis en exergue les panneaux et les maux malgré les paillettes et les dehanchements fiévreux et sexuels
    Merci à lui d ailleurs

    Je suis allé courir pour ces marches, puis j ai levé le pied, j ai ralenti puis j y suis parti il y a deux ans.
    Ce n était pas moi,
    J avais l impression que ce n était pas nous.

    Son analyse est plus que convaincante mais c est dans ce terme ci que nos chemins se séparent



    kiss.gif
  • benoitdeprincy Membre élite
    benoitdeprincy
    • 4 juillet 2019 à 12:35
    En réponse au message de freaks :

    Chacun est libre d exprimer sa "fierté" comme il entend.
    Pour moi être fier c est le courage dans la solitude, sans le consentement des uns et des autres, être en harmonie avec soi même.
    Cela requiert une véritable force, la meilleur des fiertés...

    La fierté dont parle onfray, est une fierté de pacotille, d illustration qui amène inévitablement vers l intolérance.
    Celles des autres.
    Nous fabriquons une cission entre 2 mondes
    Les photos de chezvelodia illustrent cela
    Il a mis en exergue les panneaux et les maux malgré les paillettes et les dehanchements fiévreux et sexuels
    Merci à lui d ailleurs

    Je suis allé courir pour ces marches, puis j ai levé le pied, j ai ralenti puis j y suis parti il y a deux ans.
    Ce n était pas moi,
    J avais l impression que ce n était pas nous.

    Son analyse est plus que convaincante mais c est dans ce terme ci que nos chemins se séparent

    nos chemins se séparent certes ..toutes les vois mènent à Rome , cependant , on veut tous , pouvoir être libres de s'exprimer , dans on oreintation , ou pas ....
    tant que je ne déroge pas à la sacro sainte loi , démocratique , tout va bien ....


    kiss.gif

    verre.gif
  • parfum-de-femme Membre élite
    parfum-de-femme
    • 4 juillet 2019 à 15:35
    Je mets la vidéo, sinon, difficile de trier les mâles et les femelles. icon_biggrin.png



    À 3mn, Onfray déclare qu'on est passé d'une criminalisation de l'homosexualité à une célébration de l'homosexualité alors qu'on aurait pu aller tout simplement vers une normalisation. icon_idea.png

    Réduire l'homosexualité à la gaypride, c'est réduire le tout à une partie du tout (les folles à paillettes pour aller vite) et ce n'est pas défendable, d'après lui vers 4mn20.

    Homosexualité: Une façon de vivre sa sexualité autrement.
    Gay: Fierté parfois arrogante, démonstrative, impérieuse. (vers 5mn, rejoignant les propos de Palmade).

    On a le droit de dire que, quand on pense qu'être un homosexuel, ça ne se distingue pas d'un hétérosexuel, on estime qu'il n'y a pas forcément besoin d'en faire des tonnes pour s'en distinguer, y compris en estimant qu'on devrait avoir les même droits que tout le monde, se marier, avoir des enfants, etc… (6mn).

    (6:30) Partie émergée mondaine de l'homosexualité (gaypride).

    Je pense à ceux qui n'ont pas le luxe de pouvoir être fier de leur homosexualité parce qu'ils subissent tous les jours l'homophobie. (7:30).

    Si vraiment il devrait y avoir un combat, il devrait être en faveur des homos les plus exposés, démunis, difficultueux, qui rencontrent le plus de difficultés à vivre (campagne, banlieues, entreprises, professions,…) et là, les choses ne sont pas réglées. (8mn)

    Les gaxprides urbaines et médiatisées, c'est vraiment l'écumé des choses (son idée, c'est que défiler dans un quartier de banlieue, ça a du sens mais dans le marais, plus vraiment).(9mn)

    Le truc qui semble avoir marqué le répondant, c'est au début de la vidéo: L'homosexualité en tant que marge, selon sa citation du livre de Dominique Fernandez.


    Personnellement, je me retrouve plutôt dans la vidéo que dans l'intervention que tu as copié.

    Ce que dit Onfray est, sur le fond, peu contestable et, sur la forme posé et non vindicatif.

    Je sens plus de ressentiments dans la réponse qui lui est adressée…

    Merci pour cette occasion que tu donnes de réfléchir à cela. pouce.pngverre.gif
  • verdeau Membre expérimenté
    verdeau
    • 4 juillet 2019 à 17:51
    Effectivement, il y a du vrai là dedans...

    Je dirais plutôt que je n'ai pas à rougir d'être gay au lieu de dire que je suis fier d'être gay!
    Fier de quoi, d'être normal??

    Après tout, c'est quoi la normalité; on est tous uniques. D'ailleurs, moi je me sens moi et non membre d'une "communauté" quelle qu'elle soit même si je suis gay.

    On est dans une société déjà bien trop compartimentée pour encore rajouter des cases.

    On dirait parfois qu'on veut guérir le mal par le mal; pour déstigmatiser, stigmatisons...

    Dans la fierté d'être..., il y a comme une notion de vanité discriminante...
  • benoitdeprincy Membre élite
    benoitdeprincy
    • 4 juillet 2019 à 17:52
    En réponse au message de parfum-de-femme :

    Je mets la vidéo, sinon, difficile de trier les mâles et les femelles. icon_biggrin.png



    Personnellement, je me retrouve plutôt dans la vidéo que dans l'intervention que tu as copié.

    Ce que dit Onfray est, sur le fond, peu contestable et, sur la forme posé et non vindicatif.

    Je sens plus de ressentiments dans la réponse qui lui est adressée…

    Merci pour cette occasion que tu donnes de réfléchir à cela. pouce.pngverre.gif



    bonjour PdF,
    comme le canard , quad il se trompe
    , il dit "pan sur le bec "
    oui je me suis trompé , je suis allé vite en besogne , faute d'attention, de bien vouloir faire est à demie pardonnée , Merci pour cette occasion que tu donnes de réfléchir à cela. pouce.pngverre.gif
    p
    pris entre le désir ; inconscient de ramener le forum sur des sujets qui en vaillent la peine que de, voir des gens de qualité ou non , s'invectiver ou non , pour des chamailleries ...
    j 'ai posté , dirrectement , ce sujet , sans le lire en entier , sans entendre les propos , du philosophe …
    j'ai réagi , à chaud , d l on touche , à mes "valeurs '', ma liberté de vivre ...
    je pense aussi que je voulais me faire un philo...et pourtant j'avais quelques connaissances sur Lui...
    A la lecture , de sa fiche wiki, y a d boulot ....le personnage est riche et n'avance pas n'importe quoi ....
    en bref , comme aussi dernièrement sur tongay , on cassait du "pd" (,cela n'engage que moi ...), au sujet de la gay pride , de la notion de fierté , ...bref de voir de lire que des "homos " étaient contre ,....et définissaient en quelque sorte , uen conduite , une atttitude à avoir et être quand on est homo m'a dérangé et me dérangera toujours ..
    comme si , encore , une fois , il n' y avait pas assez de gens opposé radicalement à cette expression cette orientation , de vivre ..
    comme quoi des fois on se tire une balle dans le pied , avant l'arrivée …


    De quelque soit le sujet , en général , tant qu il reste dans le bon sens , la bienveillance , le respect des lois démocratiques , je suis , contre une normalisation un clonage de la pensée ...un cadre , permissif , plutôt , qu'une ouverture , d'esprit , un appel à la discussion , au partage , des opinions ...et le temps de la réflexion ...

    oui tu as raison , mr onfray , ne disait pas cela j"aime aussi son idée , q il faille , en partie ramener le combat , à la réalité , terre , à terre ...
    défendre , les homos , en banlieu , dans le reste de lla france ...
    Je pense que cette lutte pour pouvoir vivre tranquillement , en paix , découle aussi , sur le reste du monde , pour un e vie plus juste , respectueuse ....
    merci
    PdF,
    :pouce.pngpouce.pngverre.gifverre.gif
  • parfum-de-femme Membre élite
    parfum-de-femme
    • 4 juillet 2019 à 18:29
    En réponse au message de benoitdeprincy :


    en bref , comme aussi dernièrement sur tongay , on cassait du "pd" (,cela n'engage que moi ...), au sujet de la gay pride

    Je ne l'ai pas vécu de cette façon…

    L'essentiel de ce qui s'est dit traduisait, à mon sens, que les intervenants ne se reconnaissaient pas ou plus dans les gayprides.

    Mais faut-il que tout le monde soit d'accord pour qu'elles aient lieux icon_question.png

    Je pense qu'elles sont contre productives pour la tranquillité des gays et leur assimilation dans la société en tant que personnes comme les autres.

    Je vais plus loin qu'Onfray en pensant que, même en banlieue, ce n'est pas une bonne idée.

    Mais si certains veulent s'y coller, qu'ils s'amusent.
    Ceci dit, ce n'est pas parce que je couche avec des mecs que je dois automatiquement être solidaire et je ne trahis personne en disant que c'est pas mon truc.

    Pour moi, le but à atteindre est qu'un hétéro s'interpose à chaque fois que des gays se font pourrir parce qu'ils se tiennent par la main dans la rue ou se roulent une galoche à une terrasse.

    Quand la norme sera celle-là, on pourra dire que les pédés ne représentent plus une "frange" de la société.

    Pour atteindre cet objectif, la gay pride ne me semble pas être un outil pertinent.

    Maintenant, dans un trip festif, pourquoi pas.
    Mais il faut alors assumer le coté déglingo du truc et sans prétendre représenter l'homosexualité dans la société. verre.gif
  • benoitdeprincy Membre élite
    benoitdeprincy
    • 4 juillet 2019 à 19:26
    En réponse au message de parfum-de-femme :

    En réponse au message de benoitdeprincy :


    en bref , comme aussi dernièrement sur tongay , on cassait du "pd" (,cela n'engage que moi ...), au sujet de la gay pride

    Je ne l'ai pas vécu de cette façon…

    L'essentiel de ce qui s'est dit traduisait, à mon sens, que les intervenants ne se reconnaissaient pas ou plus dans les gayprides.

    ****je ne demande pas que l'on soit tous d'accord , faut être réaliste , non , simplement un peu moins expressif , dans l'expression de son désaccord …

    Certes je reconnais avoir été dérangé , la première fois que j'ai vu des mecs en cuir , des chaines autour du cou , promener leur ami en laisse ….

    o il y a bien longtemps , je sortais avec un groupes d'enfants, nous passions , devant un kiosque , et à portée de vue des enfants ..une pub pour un journal homo…
    un jeune de os le caleçon sur les jambes ….j'étais gêné , à l'époque , q 'aurais je répondu aux gamins s'ils m 'avaient posé des questions ...dans tous les cas chacun , réagit avec sa sensibilité …

    pour la marche , comme dan sla peinture la musique , , différents courant s...s'expriment s'opposent ou s'accordent ..
    je suis allé une fois dans un magasin *iem", cela vaut le détour , quand tu ne connais pas dans le back room , des tenues de cuir , de folie ,...bref , ce n'est pas ma tasse de thé ...j'adhère pas mais je ne crache pas dessus , , pour rallier certains veaux et moutons…

    certains crient avec le loup aussi pour se faire accepter "
    ...je suis homo , mais pas gay , ni étrange je vous jure …."

    Mais faut-il que tout le monde soit d'accord pour qu'elles aient lieux icon_question.png

    Je pense qu'elles sont contre productives pour la tranquillité des gays et leur assimilation dans la société en tant que personnes comme les autres.

    come tout par manque de questionnement et de discussion , avec les gens ….

    Tu as raison , on va demander eur avis à tout le monde et surtout aux biens pensant , comment on doit défiler pour ne pas déranger , limite exister …
    aurai T pour une fois à me faire sortir de mes gonds , mister Archange ...

    Je vais plus loin qu'Onfray en pensant que, même en banlieue, ce n'est pas une bonne idée.

    Pourquoi,,,,

    Mais si certains veulent s'y coller, qu'ils s'amusent.
    Ceci dit, ce n'est pas parce que je couche avec des mecs que je dois automatiquement être solidaire

    j'ai fait de la taule dois je comprendre tous les taulards , est ce cela ????

    et je ne trahis personne en disant que c'est pas mon truc.

    Pour moi, le but à atteindre est qu'un hétéro s'interpose à chaque fois que des gays se font pourrir parce qu'ils se tiennent par la main dans la rue ou se roulent une galoche à une terrasse.

    oui et non ,
    qu on nous laisse simplement tranquilles comme les hétéros ...

    Quand la norme sera celle-là, on pourra dire que les pédés ne représentent plus une "frange" de la société.

    Pour atteindre cet objectif, la gay pride ne me semble pas être un outil pertinent.

    Et pourtant , ce n'est pas en faisant que des débats philosophico , ...religieux , ect qu on fera ,a vancer le mvt la réflexion
    de l' action de la pédagogie comme le fait sos homophobie dans les lyées et collèges ...
    ne rien faire c'est se taire , accepter ou se résigner ,
    Maintenant, dans un trip festif, pourquoi pas.

    Mais il faut alors assumer le coté déglingo du truc et sans prétendre représenter l'homosexualité dans la société. verre.gif

    une frange , représentée , bien évidemmment n'est pas l'ensemble encore une fois


    verre.gif

Pas encore inscrit(e) ? Créez votre profil en quelques clics seulement et profitez !