Connexion :

Pseudo / mot de passe oublié ?

Sida : une bonne nouvelle mais… - Page 4

Sujet de discussion : Sida : une bonne nouvelle mais…
  • wolfi Membre suprême
    wolfi
    • 6 mai 2019 à 12:11
    Une étude à assez grande échelle et dans la durée qui démontrait la non contamination vih de couples séro-discordants dont celui qui était plombé était correctement traité par antirétroviraux.

    Pas tout à fait correct ça
    Une grosse nuance à remettre sur cette intervention afin qu'il ne puisse y avoir confusion pour les éventuels lecteurs….

    Ce ne sont pas les séropositifs traités qui ne sont plus contaminant ….. mais ceux dont la charge virale est inférieur au seuil de détectabilité.

    Tous les corps ne réagissent pas de la même manière et certains échappent aux effets des traitements bien que sous contrôle relatif, d'autres dont le corps n'acceptent pas les traitements sans réactions violentes enfin d'autres dont les traitements restent inefficaces même si ceux là sont en diminution.
    Il y a toujours des morts par le sida et d'autres par les maladies connexes ou autres IST sur terrain favorable icon_confused.png
  • parfum-de-femme Membre élite
    parfum-de-femme
    • 6 mai 2019 à 12:44
    En réponse au message de wolfi :


    Ce ne sont pas les séropositifs traités qui ne sont plus contaminant ….. mais ceux dont la charge virale est inférieur au seuil de détectabilité.


    Ce que j'ai compris de la problématique, c'est qu'un séropo traité est quelqu'un qui est au courant de sa maladie et fait son possible dans sa lutte contre elle ainsi que pour ce qui est de ne pas partager son infortune.

    En ce sens, cela me parait être un partenaire aussi recommandable qu'un mec qui ne se connaît pas.
    Reste bien sûr à évaluer où il en est dans sa pathologie…

    La synthèse que j'ai fait des possibilités de croiser le virus:

    Le risque de contamination serait proportionnel au taux de virus circulant, ce qui me semble assez logique.

    Il serait en augmentation exponentielle dans la primo-infection; ce qui voudrait dire que quelqu'un qui vient de se faire plomber est hautement à risque de "partager" sa trouvaille.
    Ce serait le principal vecteur de contamination car entre personnes non informées de cela.

    Ensuite, au cours du déroulé de la maladie, la charge diminue à un niveau plus faible mais bien sûr toujours contaminent.
    La raison serait que le corps apprend à lutter contre l'envahisseur, sans toutefois en venir à bout.
    Ce rapport de forces donnant lieu transitoirement à une diminution de la charge virale.

    Le stade suivant étant celui du sida déclaré avec apparition de dommages corporels qui alertent le porteur éventuellement non informé jusque là.
    On est là face à une personne visiblement malade, amaigrie, souffrant d'affections multiples opportunistes et avec une espérance de vie des plus réduite en l'absence de traitement.
    La charge virale devient énorme mais va t'on en rencontrer beaucoup qui auront encore envie de s'accoupler et nous donneront envie de le faire…

    Les traitements antirétroviraux maintenant:

    Leur but est justement de lutter contre la charge virale et par là même contre l'avancement de la maladie et son caractère contaminant.

    Cela se fait avec un succès variable et pas forcément stable dans le temps et c'est bien sûr tributaire de l'observance et de la tolérance du traitement.

    MAIS charge virale indétectable = possibilité de contamination nulle. icon_idea.png

    C'était l'enseignement de l'étude que j'ai en mémoire: La stricte corrélation entre cette charge virale indétectable et l'absence de contamination.
    Toujours de mémoire, il y avait eu deux cas de conjoints séronégatifs plombés au cours des années d'étude et des analyses du génotype des vecteurs viraux avaient révélé une origine… étrangère au couple… icon_redface.png

    Bref, on peut baiser bien plus tranquillement avec un mec séropo avec charge virale nulle qu'avec un mec dont on ne connaît pas son statut sérologique.

    Cette "tranquillité" est soluble dans le temps, l'évolution de la maladie du partenaire, …
    Mais c'est une réalité de l'instant T qui est maintenant, me semble t'il, établie.

    Bien sûr, je suis prêt à corriger et actualiser ces points; le sujet étant bien plus important que l'illusion que je pourrai avoir d'être correctement informé. verre.gif

Pas encore inscrit(e) ? Créez votre profil en quelques clics seulement et profitez !